Te miro mirar

martes, 26 de febrero de 2013

NO TANTAS VECES, SINO TANTO



 Clarice Lispector, Revelación de un mundo.

1 comentario:

Óscar dijo...

Qu'est-ce que n'est l'oeil qu'un désirant qui jonche son trésor de son silence? Il juste "voit", et tout immédiatement il a déjà tout attrapé sans laisser rendre compte de son action. Cette immédiateté néanmoins est sa douleur. Il jonche ce qui attrape sous sa regarde, mais il n'en a rien que désir du vu.
Entre la certitude d'avoir vu et de n'en rien avoir surgit une petite conscience qui présage la fin de toute distraction.

Malgré tout, j'arrête pas de revoir cette mémoire photographique hantée depuis un temps qui ne m'appartient point.